Voyage pastoral en terre inconnue

2 weeks ago | nac news | in the group nac.today (Français)

Dès le début de la nouvelle année, le président international de l’Église se rendra en Angola. Deux étapes inconnues l’attendent à Nzagi et Dundo, deux villes au nord et au nord-est du pays. Voici quelques impressions.

Deux services divins et un concert : les 11 et 12 janvier 2020, l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider se rendra à Nzagi et Dundo – c’est la toute première fois qu’un apôtre-patriarche se rend dans cette région. L’apôtre de district adjoint João Uanuque Misselo s’en réjouit énormément ainsi que les milliers de frères et sœurs : « Nous attendons avec impatience l’arrivée de l’apôtre-patriarche pour fortifier notre foi. Et, d’un autre côté, nous savons qu’il laissera de nombreuses traces de bénédiction suite à sa visite pour tous les frères et sœurs dans cette partie du monde. »

Des communautés inconnues et de nouveaux visages

L’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider se rend souvent dans des régions où aucun apôtre-patriarche ne s’est arrêté auparavant. Et il aime le faire. Il y a tout juste un an, il a également célébré deux services divins en Angola, à Huambo et à Benguela – aussi deux nouvelles communautés pour la visite d’un apôtre-patriarche. Cette fois, il se rendra dans la province angolaise de Lunda-Norte avec sa capitale, Dundo-Chitato, ou simplement Dundo. Celle-ci se situe à environ 10 kilomètres au sud de la frontière avec la République Démocratique du Congo. Près de 180 000 habitants vivent ici. La région est connue pour ses ressources naturelles : les premiers diamants ont été trouvés ici en 1912, puis la région a connu un essor fulgurant.

En 1989, l’ancien apôtre Sukami Ronsard avait envoyé un prêtre pour y établir une communauté. Un premier service divin néo-apostolique a été célébré à Nzagi, à environ 100 kilomètres de Dundo, en 1986. Aujourd’hui, la province de Lunda-Norte est divisée en deux champs d’activité apostoliques, l’un à l’est et l’autre à l’ouest. L’apôtre Cabuma Dibaia Francisco dessert la partie à l’est, Lunda-Norte Est, qui comporte 180 communautés.

Un grand pays avec un grand potentiel

Quoi qu’il en soit, l’ « Igreja Nova Apostólica Angola » est une Église émergente pleine de vie et de couleur. Ce sont plus de 30 apôtres et évêques qui assurent la pastorale à travers le pays dans plus de 2 100 communautés. Tandis qu’ailleurs, le nombre des membres diminue, l’Église en Angola enregistre une croissance perpétuelle. Près de 300 000 chrétiens néo-apostoliques vivent en Angola aujourd’hui. La fidélité à la confession de foi des membres est également impressionnante : bonne participation aux services divins, grandes chorales dans les communautés, beaucoup d’engagement au sein et à l’extérieur des communautés.

Une plus grande indépendance

Selon l’organisation de l’Église, l’Angola est intégrée dans le champ d’activité d’apôtre de district d’Allemagne occidentale. En tant que dirigeant supérieur, l’apôtre de district Rainer Storck, de Dortmund (Allemagne) dessert environ 40 Églises nationales. Sa préoccupation pour l’Angola est notamment une plus grande indépendance financière de l’Église dans le pays. L’objectif est presque atteint, avec actuellement près de 100 pour cent des dépenses annuelles pour frais courants qui proviennent de ses fonds propres. En 2018, les subventions en provenance d’Allemagne occidentale s’élevaient à environ 430 000 euros. Le nouveau responsable administratif est l’apôtre João Carlos Mafo. Actuellement, il se concentre de manière renforcée sur le processus en cours d’enregistrement de l’ANAC, l’organisation caritative de l’Église en Angola. La « Ação Nova Apostólica de Caridade em Angola » a certes déjà été fondée en 2011, mais sa reconnaissance a toujours été retardée en raison de nouvelles élections, de modifications législatives ou d’autres obstacles administratifs. L’organisation caritative assumera les projets sociaux poursuivis jusqu’alors par l’Église en tant qu’organisme responsable ; ce sont notamment des centres médicaux, des écoles et des projets agricoles.

Tout a commencé il y a 37 ans

Sukami Landu Ronsard était le premier apôtre en Angola, il a préparé le précurseur de l’Église néo-apostolique dans le pays. Il a adhéré à la foi néo-apostolique et scellé en 1983, puis ordonné diacre au cours du même service divin. Deux ans plus tard, à peine, l’ancien apôtre-patriarche Hans Urwyler l’a ordonné dans le ministère d’apôtre. Depuis leur premier contact, l’apôtre Ronsard était le compagnon permanent de l’apôtre Armin Brinkmann (aujourd’hui en retraite), qui a fondé les premières communautés en Angola, qui s’exprime ainsi : « Sans lui, je n’aurais pas surmonté les nombreux voyages dans un pays marqué par la guerre civile. » Une pierre commémorative située à 25 kilomètres avant Uíge, rappelle depuis 2009 le souvenir du premier apôtre angolais de l’Église néo-apostolique.

Automatic translation