Faire entendre la voix de l’Évangile ensemble

2 weeks ago | nac news | in the group nac.today (Français)

La collaboration de l’Église néo-apostolique avec d’autres confessions chrétiennes en Europe s’étend. Cela commence avec des contacts personnels et ne s’arrête pas pour autant aux adhésions régionales.

Les apôtres Jeannot Leibfried (France) et Clément Haeck (Luxembourg, à la retraite depuis l’été 2019) ont effectué une visite initiale au cardinal Jean-Claude Hollerich. Le 15 novembre 2019, le plus haut représentant de l’Église catholique romaine au Luxembourg a reçu les deux apôtres dans son archevêché à Luxembourg-Ville. C’est dans une atmosphère empreinte de cordialité que le cardinal et les deux apôtres ont échangé sur les défis auxquels sont confrontés les chrétiens d’Europe et du Luxembourg.

L’apôtre e.r. Clément Haeck a remercié chaleureusement le cardinal Hollerich pour son soutien en vue de l’intégration de l’Église néo-apostolique au Conseil d’Églises chrétiennes. C’était une étape importante pour le travail œcuménique, s’est exprimé l’apôtre. Entre-temps, l’Église néo-apostolique est représentée dans toutes les instances majeures du pays : au Conseil d’Églises chrétiennes, au Conseil des Cultes, elle participe au dialogue inter-religieux avec AGIR et InterFaith ainsi qu’avec la « Luxembourg School of Religion and Society » (LSRS).

Prise de contact dans d’autres pays

Au cours de l’entretien, le cardinal Jean-Claude Hollerich, qui préside également la Commission des Episcopats de l’Union européenne (COMECE), a soutenu les efforts déployés par l’Église néo-apostolique en vue d’édifier et de développer les relations œcuméniques en Belgique et en France. L’apôtre Leibfried a remercié le cardinal de son soutien et de son ouverture envers l’Église néo-apostolique.

Le cercle des pays européens dans lesquels l’Église néo-apostolique est active au sein des commissions œcuméniques nationales pourrait ainsi s’élargir à l’avenir. Outre le Luxembourg, on compte pour l’instant : la Suisse (Conseil d’Églises chrétiennes, CEC), l’Autriche (Conseil œcuménique de jeunesse), les Pays-Bas (Conseil œcuménique des Églises) ainsi que l’Allemagne (Conseil d’Églises chrétiennes, ACK).

L’engagement s’étend géographiquement

Les quatre Églises territoriales allemandes font partie du CEC national depuis avril 2019. Depuis, trois affiliations supplémentaires en tant que membre hôte se sont ajoutées au niveau régional, de sorte que l’Église néo-apostolique est désormais représentée dans presque tous les CEC régionaux. Au mois d’octobre 2019, au niveau local, des représentants d’environ 250 communautés néo-apostoliques participent au sein de 75 Conseils d’Églises chrétiennes locaux.

Des entretiens réguliers entre l’ENA et le CEC ont certes lieu depuis 2001, au niveau régional, et depuis 2008, au niveau national. Toutefois, la plupart des adhésions, surtout au niveau local, ont eu lieu entre les années 2014 et 2018. Peu avant, il y avait eu une phase d’échanges intensifs, sur la base de la parution en 2012 du Catéchisme, qui est passée à une phase d’approche au plus tard en 2015, avec la parution du guide « Faire des pas les uns vers les autres ».

Une contribution essentielle vers de bonnes relations

L’interlocuteur principal était le groupe de travail « Contacts interconfessionnels et interreligieux » (GT CII), dont font partie notamment l’apôtre e.r. Haeck et l’apôtre e.r. Rolf Wosnitzka ainsi que l’évêque Peter Johanning. Le président de cette commission, Volker Kühnle, sera admis à la retraite ministérielle en tant qu’apôtre le mois prochain. Comme le soulignait l’apôtre-patriarche Jean-Luc Schneider dans une circulaire, « son travail a largement contribué à ce que nous ayons aujourd’hui de bonnes relations avec les autres Églises ».

Le président international de l’Église avait déjà expliqué à quel point c’était important pour lui, lors de son entrée en fonction : « Nous sommes conscients d’être tous des chrétiens », exprimait-il vers le milieu de l’année 2013 lors d’une interview. « Nous devons lutter ensemble pour l’Évangile, car la voix de l’Évangile doit également devenir perceptible au sein de la société actuelle, et c’est pour cette raison et dans cette perspective que nous travaillons ensemble. »

Automatic translation